Normes et législations de l’installation électrique

Publié le 18 septembre 2019 | Notre blog

L’installation électrique doit être conforme aux normes. Pour cela, il est nécessaire de suivre les législations y afférentes.

La norme en vigueur

L’union technique établit la norme commune NF C 15-100 qui met en avant les règles à suivre pour toute installation électrique. Ceci pour un usage sans danger aussi bien pour les utilisateurs que pour l’installateur. Cette norme garantit une utilisation facile, un confort et tient compte des besoins suivant les modes de vie ainsi que de l’évolution des appareils électriques. Créée en 2002, la norme garantit la sécurité des systèmes, des dispositifs, des matériaux et des matériels utilisés.

Qu’il s’agisse d’une installation dans une maison neuve ou en rénovation, un bâtiment public ou professionnel, il est impératif de suivre cette disposition. Cette norme revoit le raccordement des canalisations encastrées et noyées. Toute installation extérieure requiert également un raccord à une boîte de dérivation et une boîte de connexion avec socle DCL. Par ailleurs, pour toute prescription à la RT2012, l’installation d’un éco-compteur permet de contrôler la consommation de courant, d’eau chaude sanitaire, de chauffage et de la réguler pour économiser.

Les matériels nécessaires

L’installateur agréé doit suivre un schéma qui doit comporter au moins 4 circuits indépendants. Il met en place un dispositif différentiel à courant résiduel (DDR de 30 mA), interrupteur ou disjoncteur de coupe générale, un tableau électrique aux normes avec des fusibles, afin de protéger les circuits électriques. Pour l’arrivée des courants forts ou faibles, il met aussi en place des gaines techniques de type GTL ou des baguettes. Cette norme précise aussi le nombre de lumières et de prises ainsi que la disposition : une prise pour 4 m² dans le séjour, 6 dans la cuisine, 3 par chambre. Pour la salle de bains, il existe des règles particulières où il ne faut pas mettre des prises, des interrupteurs à côté des baignoires et des douches. En effet, la norme détermine la distance minimale entre un point d’eau et l’arrivée de courant. La NF C 15-100 est effective pour l’installation de parafoudre et de prises de terre. Pareillement pour le circuit chauffage, lumière et prises. Chaque matériel utilisé doit être résistant et de grande longévité.

Une attestation pour une conformité

L’installateur, particulier ou professionnel agréé, doit posséder une attestation de conformité avant la première mise sous tension. C’est un formulaire à remplir qu’il doit envoyer à la direction régionale Consuel (Comité national pour la sécurité des usagers de l’électricité). Ce dernier contrôle la conformité des installations avant de délivrer l’attestation (3 semaines). Ensuite, l’installateur présentera cette attestation à l’EDF. S’il y a défaillance, l’électricien corrige l’installation.

Comme la loi évolue, il est important de s’informer avant de procéder au changement de son réseau électrique. Pour cela, il existe deux arrêtés, effectifs depuis 2016. Le premier se base suivant le type de disjoncteur (16 à 20 A), la superficie et la pièce à équiper. Le deuxième arrêté simplifie l’installation électrique avec les prises 2P+T. Seul un installateur agréé est apte à réaliser tous travaux de mise aux normes électriques.